Comment se déroule une séance de kinésiologie?

mkOn me demande souvent comment se déroule une séance de kinésiologie. Voici comment cela se passe chez la plupart des kinésiologues:

Vous exposez votre problème au kinésiologue qui vous pose diverses questions et cherche immédiatement à savoir comment s’orienter vers la solution. Le problème n’est jamais aussi important que la solution. Le mieux, c’est que vous réfléchissiez, déjà avant la séance, à ce que vous voulez, le but recherché, ce que vous souhaitez faire de votre vie et que votre problème vous empêche de faire.
La kinésiologie est une méthode orientée solution et travaille dans ce sens. Qu’est-ce qui vous empêche d’atteindre votre but?
Par exemple: réussir à un examen est un but clair. Mais une vie sans douleur ou sans problèmes de santé n’est pas tout à fait suffisant. Il vaut mieux que vous parliez ce que vous ferez une fois que vos douleurs ou problèmes de santé seront éliminés.

La séance se passe soit avec le client allongé sur une table de massage ou assis. Cela dépend du kinésiologue.

Le kinésiologue vous montre comment il va tester l’un de vos muscles pour entrer en dialogue avec votre corps. Puis il fait ce que l’on appelle des pré-tests (une forme de calibrage) pour savoir s’il peut compter sur la réponse de ce muscle. Un muscle répond en maintenant sa position (test fort) ou en lâchant (test faible) lorsque le kinésiologue exerce une très légère pression dessus. Ce sont les deux seules réponses que le muscle donne et qui sont interprétés. Un test musculaire ne se fait jamais en force, bien au contraire!

A partir de là (sans rentrer dans les détails qui seraient incompréhensibles pour qui n’a pas la formation), le kinésiologue va interroger directement l’intelligence du corps en touchant certains points d’acupuncture ou points réflexes, en vérifiant certains circuits neurologiques ou en posant des questions verbalement. Il interprète les réponses données par un muscle et, de cette façon, il trouve ce qui empêche d’atteindre un objectif: les émotions ainsi que tous les éléments qui sont impliqués dans le problème (méridiens, organes, glandes, hormones, miasmes, fonctions du cerveau, peurs, habitudes, croyances, temps et espace, éléments génétiques, perception, comportements compulsifs, bénéfices secondaires, allergies, et beaucoup d’autres). Il trouve aussi les solutions que le corps choisit en proposant les solutions qu’il connaît et en interprétant la réponse musculaire.

Le kinésiologue ne cherche pas à éliminer les symptômes (ce serait ridicule et bien insuffisant). Il va chercher la cause du problème en remontant le temps et même dans les générations précédentes s’il s’agit de schémas hérités que l’on répète inconsciemment. Ensuite, il propose au corps/cerveau du client de nouvelles options neurologiques qui lui permettront de vivre différemment et de faire les choses de manière à retrouver la santé ou à faire de nouveaux choix dans la vie.
Le subconscient choisit toujours ce qui est le mieux pour la personne, mais seulement avec les moyens du bord (comme un cuisinier qui n’aurait que des oignons à sa disposition pour préparer un banquet ou un peintre qui n’aurait que du carmin sur sa palette). On ajoute donc des couleurs à la palette pour que toutes les options nécessaires à la vie que désire la personne soient présentes. En fait, le kinésiologue montre au système nerveux du client qu’il n’est pas obligé de rester coincé dans les vieux schémas mais peut fonctionner totalement différemment.

Les options proposées varient entre des exercices très simples de rotations oculaires, toucher ou massage ou polarisation de points, massage de zones réflexes, travail sur les muscles ou les méridiens, réapprentissage de mouvements, etc… Il se peut aussi que le corps choisisse des élixirs, des essences, des compléments alimentaires, vitamines, minéraux etc. ou des préparations homéopathiques, etc. Le kinésiologue ne prescrit absolument rien mais indique simplement au client que son corps a choisi telle ou telle chose.

Il est rarement possible de tout faire en une seule séance. Parfois, il y a beaucoup de défenses à éliminer avant que le corps ne permette de rentrer dans le « vif du sujet » (si on peut s’exprimer ainsi). Parfois, il y a des choses qu’il faut travailler avant de pouvoir en venir aux nouvelles options recherchés. C’est toujours le corps qui décide de la priorité dans laquelle on va travailler. Ce n’est pas la peine de brusquer les choses ou de forcer le processus car cela ne fait que brouiller les pistes. Le corps connait le problème; il connait également la solution et il sait comment il veut que le processus se déroule.

Il y a très peu de choses à noter au cours de la séance. Un kinésiologue ne doit pas faire comme certains médecins qui semblent avoir une consultation avec leur PC et regardent à peine leur client.

Il arrive qu’en cours de séance le kinésio aille chercher des informations dans des documents pour faire prendre conscience au client de certains schémas, ou qu’il consulte un ou deux manuel de cours pour pouvoir effectuer une procédure compliquée qui doit être suivie à la lettre et qui n’est pas utilisée assez couramment pour être retenue par coeur. Il n’y a pas lieu de passer tout son temps devant son PC pendant une consultation

Publicités