Quand le test musculaire devient un sujet d’incommunicabilité au cours d’une séance…

Certains clients ont des difficultés à lâcher le contrôle et à accepter que leurs muscles déverrouillent lors d’un test musculaire… Ces personnes nous disent que nous mettons plus de force dans nos tests, que nous appuyons ailleurs (bien que nous testions le même muscle !) ou trouve même le moyen de dire que nous ne savons pas tester ! (à se demander parfois qui est le kinésiologue !)

Voici quelques précision à ce sujet pour bien comprendre le principe du test musculaire de kinésiologie :

– Le test musculaire pratiqué en kinésiologie n’est pas un test de force et ne se pratique pas en force

– Le test musculaire de kinésiologie n’est pas un détecteur de mensonges et ne permet pas d’affirmer des vérités.

– Il est un test d’évaluation de la tonicité musculaire, il n’est pas fait pour évaluer de la quantité mais de la qualité, il est un instrument dévaluation du stress fonctionnant sur un mode n’ayant que 2 réponses possibles: muscle « fort »ou « faible », soit « oui » ou « non » ou en binaire : 0 ou 1

 

– Il permet entre autre un travail subjectif en relation avec l’inconscient…

– Il n’à rien a voir avec des tests utilisés en kinésithérapie ou la force sera utilisée afin de quantifier le niveau de fonctionnement d’un muscle.

La validité du test musculaire n’est possible qu’à la suite de pré-tests de calibration par des procédures spécifiques, cette validité est nulle si ces procédures ne sont pas respectées.

Le test musculaire est un art, tout comme le toucher des ostéopathes !

De même qu’un joueur de guitare s’étant longuement entraîné sera capable de savoir à quelle fréquence vibre une corde de son instrument en la touchant, un ostéopathe aura exercé son touché, le kinésiologue le fait lui aussi ce qui lui permet de pleinement saisir toutes les subtilités du test musculaire.

La pianiste Marguerite Long disait ceci : « Le perfectionnement suprême de la main ne sera obtenu que, lorsque quittant le pur mécanisme, elle abordera le stade sensible de sa mission, le toucher, vaste palette expressive dont le pianiste dispose à son gré, selon le style des œuvres et son inspiration. » Ainsi le toucher dépassant la technique apporte la vie à l’œuvre.

En kinésiologie, c’est le test musculaire qui repousse les limites, ouvre de nouveaux champs d’application, et nous permet d’accéder à l’homme dans toutes ses dimensions.

Un kinésiologue devra s’exercer longuement avant d’obtenir des résultats corrects, au début ses tests et son toucher seront lourds pour devenir au fil du temps de plus en plus léger et subtil afin de saisir toute la quintessence des fibres musculaires, des tissus et du feedback qui ressortira du testing…

– Le test musculaire de kinésiologie est un instrument d’évaluation du stress par une réponse neurophysiologique de l’organisme.

Cette réponse est un feedback qui à lieu au centre d’une boucle de rétroaction dont l’interface sera le cerveau ; le périphérique de sortie étant le muscle face à un stimulus spécifique.

©Guillaume PINA – Institut Franco-Suisse de Kinésiologie

©Guillaume PINA – Institut Franco-Suisse de Kinésiologie
Publicités