La Kinésiologie : le praticien face au complexe de dieu

Gironde: un ex-élu condamné pour harcèlement moral, La Kinésiologie : le praticien face au complexe de dieu

« En ces temps d’imposture universelle,
dire la vérité est un acte révolutionnaire. »
George Orwell

La kinésiologie est une méthode utile car elle stimule les ressources internes d’une personne éprouvant des difficultés passagères ou chroniques non diagnostiquées ou si elles le sont, ces dernières sont persistantes dans leurs symptômes sur le plan médical.

Aller consulter un kinésiologue ne fait pas l’objet d’une prescription médicale et s’envisage, le cas échéant, en complémentarité de la médecine conventionnelle. La technique et la méthode sont sans danger.

La vigilance doit être alors dans le choix de la personne qui utilise cette technique : le kinésiologue. Cet appel à la vigilance vaut également pour sa formation, pour devenir un professionnel de la kinésiologie et plus tard, pour son exercice.

Ainsi, si l’intitulé de certaines formations peut donner l’illusion d’une formation à consonance thérapeutique, au bout du compte c’est un leurre.
Aucun kinésiologue sérieux et adhérent du SNK ne prendra le risque charlatanesque de présenter la kinésiologie comme une thérapie dans son acceptation médicale.

Le kinésiologue se conforme ainsi à la loi qui stipule que seul un médecin peut poser un diagnostic et prescrire un traitement.
En effet, rien ne doit être entrepris par un kinésiologue qui entrave la liberté de choix et d’actions de ses clients en vue d’améliorer leur équilibre sur tous les plans que recouvre la santé.

Aucun diplôme dans la pratique de la kinésiologie, ne peut, malgré son intitulé privé, donner l’illusion qu’il s’agit d’une profession médicale ou reconnue par les pouvoirs publics. Aucun centre de formation ne peut se targuer d’être une « marque » de fabrique ou reconnue comme étant la norme en kinésiologie.
Comme dans tout courant de pratique, chaque école de pensée prêche pour sa paroisse et prétend que sa méthode est la meilleure… Il est plus juste de penser que chaque méthode a lancé une façon de pratiquer et qu’elle est enrichie par une autre et ainsi de suite. Il n’a jamais été prouvé que telle ou telle méthode soit meilleure qu’une autre.
En revanche, c’est grâce à cet enrichissement, garant d’une ouverture et d’une contribution collective que la kinésiologie est en constante évolution ; qu’elle reste une technique dynamique, en avance sur son temps et apte à s’appuyer sur les grandes découvertes des neurosciences ou de l’épigénétique. Prétendre à une antériorité de la méthode serait s’approprier un contenu basé
sur du vivant.

Or, qui peut prétendre à s’approprier le vivant et les règles de fonctionnement qui le régissent ?

Qu’est-il important de garder en veille ?
Au delà de la technique en elle-même, que soit le processus utilisé in fine, il semble plus judicieux de dire qu’il est plus important de choisir la personne, à savoir le professionnel, que son label de formation ou sa méthode prétendument « meilleure ».

Lire la suite et retrouver l’article complet le site du SNK: https://snkinesio.fr/la-kinesiologie-le-praticien-face-au-…/

Publicités